IMG_3285

Cuisiner, cultiver, découvrir, échanger : un week-end agricole à La Chapelle

Des couleurs, des odeurs, des saveurs. Celles des makis aux légumes soigneusement confectionnés à la main, celles de la compote de pommes bouillie dans la marmite, celles des merguez et des saucisses aux herbes grillées au barbecue… Samedi 3 mai, le Festival de l’Agriculture Urbaine rencontrait la fête de la placette Pajol/Philippe de Girard et ce recoin caché de La Chapelle a pris le temps d’une après-midi, des airs de petit village.

Voilà  l’histoire d’une rencontre quasi improbable dans un lieu quasi incongru entre plusieurs univers. Car qui aurait pu croire il y a encore quelques mois, que l’agriculture urbaine s’implanterait ici, au cœur d’un des lieux les plus minéral de Paris? Et de la même manière, aurait on pu imaginer qu’une association travaillant à la réintroduction des arbres fruitiers en ville, Vergers Urbains, serait un jour impliquée dans la vie de ce quartier ?

Un nouveau récit urbain, à la fois poétique, politique et utopique

Pas à pas,  les agriculteurs des villes écrivent un nouveau récit urbain, à la fois poétique, politique et utopique . Ce samedi, l’énergie dégagée par ce mélange était bien visible, démontrant que cuisiner et jardiner ensemble permet de revisiter nos rapports à la Cité, à la nature, à alimentation et nos liens aux et aux autres. Cette alchimie, c’est un peu la recette que se propose de porter Bôco Lôco.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bôco Lôco, futur café associatif écolo à La Chapelle

Bôco Lôco, c’est un café associatif imaginé par des riverains du quartier de La Chapelle avec une envie simple : ouvrir un espace avec et pour les habitants, pour y manger, cuisiner, déguster, cultiver, débattre, jouer, s’informer, réparer, échanger…  L’ingrédient magique de ce futur lieu ? Des bocaux de fruits et de légumes de Paris et  d’Île-de-France confectionnés sur place, à savourer dans le café ou à emporter chez soit.

Une activité  présentée pendant  la journée de samedi avec des bocaux  de compote de  pommes ou de Chutney (une sauce indienne  aigre-douce à base de citron, piment, sel, sucre, gingembre et ail) préparés à l’aide d’une cuisine mobile prêtée par le Petit Ney et proposés gratuitement aux petits et grands gourmets. Animé par Ona de Supernaturel , cet atelier cuisine proposait aussi la confection artisanale de makis. 

Parallèlement à ces animations culinaires, une balade exploratoire emmenée par Jacky Libaud a permis de visiter quelques lieux emblématiques de l’agriculture urbaine et de la biodiversité autour du quartier de La  Chapelle mais également de la Goutte d’Or. Un parcours de près de trois heures suivi par plus de 70 personnes qui  a donné lieu à une restitution devant  déboucher sur de nouvelles expérimentations agri urbaines.

Opération déminéralisation de pieds d’arbre

Après une soirée animée par un DJ devant le local de Vergers Urbains  et un courte nuit, les plus courageux ont conclu dimanche le Festival de l’agriculture urbaine par un picnic dans le Bois Dormoy, jardin partagé dont la disparition est programmée pour début 2015. Sur ce terrain situé  Cité de la Chapelle, une maison pour personnes âgées dépendantes doit voir le jour en lieu et place donc du Bois Dormoy, véritable petite forêt urbaine dans le18eme.

Il reste donc quelques mois pour profiter de cet endroit unique dont la fin permettra peut être de comprendre que l’on ne peut opposer équipements publics et espaces naturels, et donc jardins partagés, lesquels sont aussi précisément… des équipements publics ! Un Manifeste avait d’ailleurs été signé par plusieurs d’entre eux fin 2013, Manifeste dont Quartiers en Transition s’était fait l’écho en prenant part à l’organisation d’une soirée autour  du film ZAC (Zone d’Autonomie Conventionnée).

Le picnic terminé, une petite troupe s’en est allée du côté de l’église IMG_3271St Bernard, en plein cœur de la Goutte d’Or, pour une dernière action : déminéraliser l’espace public et plus particulièrement  des pieds d’arbre afin d’y planter végétaux et légumes et faire oublier le béton et le bitume.

Prochain rendez-vous du 3 au 5 juillet avec la seconde partie du Festival de l’agriculture urbaine qui s’insérera dans une programmation liant Ateliers d’été de l’agriculture urbaine et de la biodiversité (du 30 juin au 2 juillet) dans le 18eme également et Estivales de la permaculture les 28 et 29 juin à Montreuil.

Une réflexion sur “ Cuisiner, cultiver, découvrir, échanger : un week-end agricole à La Chapelle ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s