Le Jardin d’Alice, archipel d’utopie concrète du 18ème en partance… pour une future renaissance !

La maison du Jardin d’Alice – Photo blog KATATSUMURI

A l’origine de la création de ce blog, a notamment prévalu l’idée d’identifier, de mettre en valeur et de relier entre elles, ponctuellement ou plus durablement, les initiatives du 18ème arrondissement qui, à travers leurs activités, rejoignaient le projet du mouvement de la transition.

AMAP, jardins partagés, coopératives, ressourceries, centres d’animation, ruchers, squats artistiques…, voilà quelques-uns des lieux (voir cartographie ici) faisant partie de ce tissu vivant irriguant la vie de l’arrondissement et inventant des alternatives au système politique et économique actuel.

Parmi ces petits archipels d’utopie concrète, le Jardin d’Alice, au 40 rue de la Chapelle, tient une place singulière, de part l’aspect atypique du lieu mais aussi à travers le foisonnement de rendez-vous et d’activités dont ce squat artistique regorge.

Seulement voilà, ce lieu occupé depuis 2009 par un collectif d’artistes est promis depuis toujours à une disparation à plus ou moins brève échéance, le terrain et les bâtiments occupés ayant été rachetés par le ville de Paris, laquelle, à travers son OPH (Office public d’habitat)  Paris Habitat, souhaite y bâtir des logements sociaux et des équipements publics. En 2010, le collectif avait signé avec Paris Habitat une convention d’occupation précaire en s’engageant sitôt qu’un projet serait connu, à quitter la maison et le jardin de 800m2 occupés. Et depuis quelques semaines, les choses se sont accélérées puisque l’OPH de la Ville a donc annoncé des logements sociaux allaient voir le jour.

Le site d’information DixHuitInfo.com publie aujourd’hui un article dans lequel il fait le point sur ce qui attend le Jardin d’Alice, entre déménagement et future renaissance, ici ou ailleurs… (pour voir plus de photos, voir le blog KATATSUMURI)

Quel avenir pour le jardin d’Alice ? DixHuitInfo.com

Le Jardin d’Alice, squat d’artistes, va devoir quitter la rue de la Chapelle, dans le 18e arrondissement de Paris. Paris Habitat, propriétaire des lieux devrait bientôt y construire des logements sociaux. Pascal Julien, élu Verts, a plaidé, le 7 mai 2012 en conseil d’arrondissement, pour que le jardin reste accessible au riverains après les travaux.

« Quand un endroit est inhabité, cela se voit, on repère les carreaux sales », raconte Michel Vray, artiste peintre, éditeur, et l’un des premiers occupants du Jardin d’Alice, dans le 18e arrondissement de Paris. « Ce grand pavillon, avec une cheminée par pièce, entouré d’un vaste jardin, l’endroit m’a rappelé la maison de mon enfance boulevard Saint-Germain, dans le 5e arrondissement », se souvient-il.

Vu du jardin de 800m2 – Photo DixHuitInfo.com

Le Jardin d’Alice est une association. C’est aussi, et avant tout, un squat d’ateliers d’artistes qui a élu domicile au 40, rue de la Chapelle voilà trois ans. Lorsque les nouveaux occupants ont investi les lieux, cette grande bâtisse, datant d’avant Napoléon III, et son jardin de 800m2, étaient laissés à l’abandon. Électricité, peinture, cuisine, terrasse… Les travaux de réfection étaient considérables. Les membres de l’association ont même construit deux petites cabanes écologiques. Elles sont aujourd’hui habitables, et d’ailleurs habitées. Dans l’une d’elles, les artistes ont installé un sauna. La maison, de son côté, est réservée aux ateliers et n’est pas habitée, en théorie. « Lorsqu’on nous rappelle qu’on n’est pas censé dormir ici, nous expliquons que le métier d’artiste peintre est tellement accablant, usant, qu’il faut bien qu’on se repose », ironise l’éditeur.

Havre de paix
D’abord en conflit avec Paris Habitat, propriétaire des lieux, le groupe d’artistes finit par conclure un accord avec le bailleur social en janvier 2010, soit un peu moins d’un an après leur arrivée. Une convention d’occupation précaire les autorise à rester sur place, jusqu’au dépôt d’un projet de construction. Paris Habitat projette en effet de détruire le bâtiment actuel pour y bâtir des logement sociaux.
Aujourd’hui, une dizaine d’artistes ont installé leur atelier rue de la Chapelle et le Jardin d’Alice est devenu un véritable lieu de vie dans le quartier. Expositions, représentations culturelles, barbecues, les animations du Jardin d’Alice font le bonheur des habitants du quartier. En dehors de ces événements ponctuels, un studio de répétition musical a également été aménagé dans les caves de la maison. Le jardin, lui, reste accessible aux habitants qui souhaitent profiter de ce vaste havre de paix en plein 18e.
Le jardin potager, les fleurs, le chant des oiseaux et Georgette, la petite chatte rousse, qui, quand elle ne suit pas Michel Vray comme son ombre, s’attaque volontiers aux volatiles : on se croirait en pleine campagne. Le jardin a ses habitués, d’autres viennent ici un peu par hasard. « L’autre jour, une charmante jeune fille est arrivée, hésitante, me demandant si elle pouvait lire son journal dans le jardin, raconte Michel Vray. Elle s’est installée au soleil, tranquillement. C’est agréable ici. »
L’engagement des élus

Photo DixHuitInfo.com

Mais cette douce quiétude n’est que temporaire. Il y a quelques mois, Paris Habitat a lancé un concours d’architecte et son projet avance. Le lundi 7 mai 2012, Pascal Julien, élu Europe Ecologie Les Verts, adjoint au maire du 18e chargé des espaces verts et de l’environnement, a déposé un vœu en conseil d’arrondissement, demandant à ce que le jardin reste accessible au public après les travaux. Ce vœu, adopté à l’unanimité en conseil d’arrondissement, a été validé la semaine suivante en conseil de Paris. « Il ne s’agit pas d’ouvrir le jardin à n’importe quelle heure, comme un square public, mais de conserver ce véritable lieu de vie dans le quartier, explique-t-il. Nous avons également demandé à ce que Paris Habitat organise une réunion d’information publique avec les habitants pour discuter de l’avancement du projet. » Celle-ci devrait se tenir après l’été, une fois les premières esquisses achevées.
Michel Vray, de son côté, est plutôt sceptique concernant ces requêtes. « Je serais surpris que Paris Habitat construise un lieu ouvert au public. Ce serait bien trop compliqué pour eux. Ils vont tout casser, puis reconstruire. » Michel Neyreneuf, adjoint au maire du 18e, en charge de l’urbanisme, confirme que les nouveaux locaux permettront aux riverains d’accéder au jardin. « Nous n’avons pas attendu l’adoption du vœu pour prendre en compte ce critère. Le jardin ne sera pas à l’usage unique des locataires. » L’installation de jardins partagés fait aussi partie des hypothèses envisagées. Rien n’est encore officiel car aucune décision n’a été arrêtée, mais il est probable qu’Ecobox, une association du quartier de la Chapelle, reprenne à sa charge la gestion du jardin.
Jardin partagé
Paris Habitat a en réalité acquis non seulement le 40, rue de la Chapelle, mais aussi le n°38 de la même rue. Une boutique était installés à cette adresse, mais le local est aujourd’hui vacant. Ecobox, qui

Habitat alternatif dans le Jardin d’Alice à partir de matériaux de récupération – Photo blog KATATSUMURI

occupe actuellement le théâtre de Verre, Impasse de la Chapelle, recherche activement un nouveau local puisque leur convention d’occupation temporaire, signée il y a bientôt un an et demi, est arrivée à expiration en décembre dernier. L’association a donc fait une demande a Paris Habitat, afin de louer ce local. « Celui-ci donne directement sur le jardin. L’idée serait donc de permettre aux riverains d’accéder au jardin, depuis la rue, via les locaux d’Ecobox. L’association prendrait alors en charge l’animation des lieux », explique Pascal Julien. Mais l’ensemble du projet n’est encore qu’au stade de la discussion.
Quant au Jardin d’Alice, il prospecte déjà, à la recherche d’un nouveau logement inoccupé. « Je préfère m’attacher au gens plutôt qu’aux choses ou aux lieux. Ici, nous sommes tous des nomades, quand il faudra partir, nous partirons », confie Michel Vray, lequel vit en squat depuis plus de dix ans.

Advertisements

3 réflexions sur “ Le Jardin d’Alice, archipel d’utopie concrète du 18ème en partance… pour une future renaissance ! ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s