Les bières de la Goutte d’Or ont conquis le 18ème !

Avant même leur apparition officielle sur la scène parisienne, les bières de la Goutte d’Or ont déclenché une vague d’enthousiasme dans le 18ème et sans doute au delà. Thierry Roche, leur créateur qui a eu l’idée de relocaliser dans le quartier de la Goutte d’Or, le brassage de la bière, avait lancé il y a quelques semaines une souscription pour l’aider à démarrer son activité. Hier, celle-ci a pris fin et a dépassé les espérances du futur brasseur de la Goutte : initialement fixé à 7500 €, le montant des dons a finalement atteint 8235 €.

Une belle réussite qui témoigne de l’engouement pour un projet dont Quartiers en Transition s’est déjà fait l’écho à plusieurs reprises et sur lequel nous reviendrons dans quelques jours, en attendant de déguster dès le printemps prochain, la Myrrha, la Chateau-Rouge ou la Léon ! Hier soir,  Thierry Roche dans une petite vidéo publiée sur le coup de minuit, a tenu à remercier à sa manière, celles et ceux qui lui ont témoigné de leur soutient :

Advertisements

5 réflexions sur “ Les bières de la Goutte d’Or ont conquis le 18ème ! ”

  1. Wouaouh ! Valoriser et promouvoir la consommation l’alcool, quelle belle alternative de transition à nos sociétés de consommation déjà bien malades d’alcoolisme !!!
    Produire et consommer local est une chose, mais le mouvement des villes en Transition n’amène -t-il pas à se pencher sur nos modes de vie, nos habitudes et comportements individuels et à oeuvrer notamment dans le sens d’une consommation et de relations plus saines ?
    Les enfants ont-ils besoin de boire de l’alcool pour se relier spontanément, naturellement et s’amuser ?

    1. Boire moins mais mieux… la démarche telle que je la comprends.

      Les bières artisanales sont à mon humble avis compatibles avec le mouvement des territoires en transition. Si seules l’eau du robinet et le jus de carottes sont tolérées, je crains qu’il n’y ait un enfermement dommageable…
      Oui l’alcool pose beaucoup de problèmes mais sa prohibition encore plus !

      1. Il n’est point question de « prohibition » mais de choisir ce que l’on valorise dans le cadre d’une démarche qui se veut alternative. S’il s’agit de se donner bonne conscience et de caricaturer la société de consommation et d’en reproduire les schémas via des versions « bio » ou « locales » … nous restons dans une parodie d’alternative.
        Mais libre à chacun de boire ou non et d’apprécier où se situe « l’enfermement dommageable » !

      2. La société de consommation, toujours elle…
        Je constate simplement que les peuples (et principalement les hommes il est vrai) n’ont pas attendu l’avènement de la consommation sacralisée pour inventer l’alcool et en boire (à outrance ou avec raison).
        Mais il y a indiscutablement d’autres alternatives plus prioritaires concernant l’alimentation !

  2. En somme, c’est comme dans les nombreuses boutiques de monastères où se vendent bières et autres breuvages à base d’alcool, fabriqués par moines et moniales. Sans doute un glissement sémantique de la spiritualité aux spiritueux. Il faut bien qu’existent quelques compensations au manque de plénitude propice à une convivialité saine et naturelle.
    Il faudrait peut-être recommander la lecture de « L »éloge du vin » du soufi Ib’n Al Faridh : « Nous avons bu un vin qui nous a enivrés avant la création de la vigne ». Autrement dit une ivresse naturelle nous dispensant de tout artifice.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s