L’Indépendante, une coopérative alimentaire démocratise l’accès au bio

Photo Dixhuitinfo.com

Le site DixHuitInfo.com consacre aujourd’hui un long article à l’aventure de l’Indépendante, cette coopérative alimentaire autogérée qui a ouvert ses portes début novembre dans le 18ème arrondissement. Un mois après son ouverture, les 42 adhérentEs affichent leur enthousiasme et espèrent que cette initiative pollinisera d’autres quartiers de l’arrondissement ou de Paris, en suscitant des projets équivalents.

En attendant, l’Indépendante vous donne d’ores et déjà rendez-vous pour faire la fête et mieux la connaître le 7 janvier prochain.

Par Simon GOUIN
Comment manger bio et local à des prix abordables ? Créée par des habitants du 18e arrondissement de Paris, L’Indépendante, une coopérative alimentaire et solidaire, tente de relever ce défi pour les produits secs. Elle est ouverte tous les jeudis soirs, dans les locaux de la Maison Verte. Décryptage d’un fonctionnement atypique.

Trop chers, les produits bios et locaux ? Pas avec la coopérative alimentaire et solidaire de l’association L’Indépendante, dans le 18e arrondissement de Paris. À l’image d’une AMAP (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne), cette coopérative propose des produits secs fabriqués localement et/ou issus de l’agriculture biologique. Des pâtes, des céréales, de l’huile, du thé, des confitures, de la farine, du savon, à des prix plus abordables qu’en grande surface ou qu’en magasin spécialisé (voir encadré), afin de rendre accessible ces produits au plus grand nombre.
Les emplettes sont effectuées tous les jeudis soirs, à la Maison Verte, 127 rue Marcadet, entre 19h et 22h. Comment obtenir des prix moins élevés ? Grâce à l’achat groupé des produits directement auprès des producteurs. La réduction des intermédiaires permet ainsi à la coopérative de vendre, tous les jeudis soirs, à la Maison Verte, les articles à prix coûtant. Un concept emprunté aux Groupement d’Achat Service Épicerie monté par l’association le Pot Commun, à Rochefort-sur-Terre, en Bretagne.

Contourner les grandes surfaces

« Nous nous sommes rendus là-bas, en juillet, pour découvrir leur fonctionnement, explique Hervé Krief, un des initiateurs de la coopérative, qui a été conquis par l’initiative bretonne. Nous avons notamment repris le principe d’autogestion : tous les membres de l’association participent à la vie de la coopérative. » Dans le 18e, une première réunion est organisée fin septembre. À la surprise des organisateurs, une cinquantaine de personnes y assiste !

Photo Dixhuitinfo.com

Une association est créée : elle s’appelle L’Indépendante, souhaite promouvoir les produits locaux, respectueux de l’environnement et issus du commerce équitable, contourner les grandes surfaces et des intermédiaires multiples, préparer la transition environnementale, inventer un lieu d’échanges et de débats avec les gens du quartier, créer de la solidarité entre ses membres.

Afin de monter la coopérative, les 42 adhérents de L’Indépendante se sont réunis régulièrement. Pour parler et décider, à l’unanimité. « On souhaite expérimenter une nouvelle forme de démocratie, explique Hervé Krief. À l’image des revendications des Indignés. » Une adhésion solidaire est aussi mise en place. Selon leurs revenus et leurs motivations, les adhérents choisissent de payer entre 2 et 10 euros de cotisation mensuelle. Cette somme contribue aux frais de fonctionnement de la coopérative et sert, par exemple, à l’organisation d’événements festifs. Le 12 novembre 2011, une première fête de L’Indépendante s’est déroulée à la Maison Verte.
Ce lieu, connu pour ses activités de soutien scolaire, ses cours de français ou son soutien aux sans-papiers, a mis à la disposition de L’Indépendante un local afin de stocker les produits de la coopérative (voir ci-dessous l’interview de Stéphane Lavignotte). « À Paris, on ne peut pas louer un local, constate Evelyne Kerfant, initiatrice de la coopérative. Sans ce local, prêté gratuitement par la Maison Verte, les coûts des produits auraient été supérieurs. »

Porte-monnaie virtuel

Pour les premiers approvisionnements, la coopérative a fait appel à Terra Libra, une petite centrale d’achat de produits bios, locaux et issus du commerce équitable, basée en Bretagne et membre du réseau de commerce équitable Minga [2]. Mais à l’avenir, les produits bretons pourraient être remplacés par des produits plus locaux, venant de la région parisienne. Histoire d’aller encore un peu plus loin dans la réduction des déplacements.

Photo Dixhuitinfo.com

À L’Indépendante, les adhérents encaissent eux-mêmes leurs achats, grâce à un porte-monnaie virtuel. Son principe ? Dans une boîte, le membre de la coopérative dépose la somme qu’il souhaite ajouter à son porte monnaie virtuel. Le montant de cette somme est ajouté virtuellement, sur un ordinateur, par l’adhérent lui-même. Ce dernier renouvelle l’opération à chaque fois que son portefeuille est vide, après avoir effectué des achats. Ce système mise ainsi sur la confiance entre les participants.

Avec son fonctionnement atypique, ses prix réduits, son choix d’un modèle respectueux de l’environnement, l’initiative pourrait rencontrer un franc succès. « Mais nous nous limiterons à 50 adhérents, prévient Hervé Krief. Nous ne voulons pas grossir… et tomber dans les travers que nous combattons. » Pas grossir, mais essaimer. Et pourquoi pas dans d’autres quartiers du 18e arrondissement.

Quelques prix de la coopérative
 Une bouteille d’huile de colza = 4,35 € ; Sucre de canne complet = 3,19 € / kg ; Jus de pomme = 2,39 € / L, Shampooing = 11, 80 € / L ; Lentilles vertes = 3,47 € / kg ; Riz blanc = 2,35 € / kg ; 500 g de céréales petit-déjeuner = 1,53 € ; 200g de chocolat noir = 1,85 €.
« Les prix seront moins élevés que dans un magasin bio mais ne pourront rivaliser avec les prix discount puisque nous les achèterons au prix juste pour les producteurs, prévient la coopérative. Même si les produits sont plus chers que le discount, les adhérents achèteront moins de produits car ils seront moins sollicités que dans les rayons du supermarché où on ajoute facilement du superflu tant l’offre est grande. L’idée est d’acheter ce qui est nécessaire uniquement. On peut ainsi aussi faire des économies en changeant nos modes de consommation (moins de viande, plus de produits en vrac, pas de plats préparés) ».

Advertisements

Une réflexion sur “ L’Indépendante, une coopérative alimentaire démocratise l’accès au bio ”

  1. « On souhaite expérimenter une nouvelle forme de démocratie, explique Hervé Krief. À l’image des revendications des Indignés. »
    L’image de référence n’est pas à proprement parler appropriée, car on a là, avec la coopérative, une initiative structurée et utile, ancrée et bien concrète contrairement aux revendications des indignés, qui justement, n’en restent qu’au stade de revendications. Ce serait plutôt à l’image des villes en Transition bien sûr, objets de ce site ou de mouvements tel le Rainbow Gathering, où les gens sont acteurs concrets de leur vie et incarnent leur idéal : modèles, exemples et non brasseurs virtuels d’idées, aussi belles soient-elles !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s