Les monnaies locales comme outil de résilience territoriale

MonnaieSolLyon395_0Depuis quelques mois, Quartiers en Transition a entrepris de publier, à intervalles réguliers, des notes et analyses du centre social belge Barricade*. 

La publication que nous avons choisi de mettre à l’honneur cette fois-ci est consacrée aux monnaies locales. Au moment où tout le long du mois de décembre, Montreuil en Transition propose plusieurs journées autour des monnaies complémentaires (à l’image de la  « Faite du Fric 2″ qui s’est déroulée les 1er et 2 décembre), l’analyse de Camille Meyer est un éclairage supplémentaire sur un outil qui devrait rapidement devenir incontournable pour la transition.

Alors que cette dernière repose notamment sur la notion de réappropriation de nos vies, les monnaies locales constituent elles mêmes une véritable réappropriation citoyenne de l’économie comme le souligne Camille Meyer.

« Les monnaies locales comme outil de résilience territoriale », par Camille Meyer/Barricades

Pour répondre aux défis majeurs auxquels nos sociétés sont confrontées, certains groupes sociaux et économiques ont décidé de créer leur propre monnaie. Loin d’une conception traditionnelle de la monnaie basée sur les principes de souve- raineté (État) ou de lucre (banques), les monnaies dites locales revêtent de multiples formes variant selon les collectifs qui les construisent et les objectifs qui leur sont assignés. Ainsi, elles peuvent servir à dynamiser un territoire, relocaliser une économie, renforcer les liens sociaux ou favoriser des innova- tions écologiques. Bref, ce sont des outils pour fabriquer de la résilience.

Phénomène relativement peu connu mais néanmoins en pleine expansion, les monnaies locales constituent des systèmes de paiement ayant cours au sein d’un espace géographique ou communautaire défini. En servant d’unité de mesure acceptée par les parties de l’échange (acheteur & vendeur), elles ont généralement trois objectifs: (re)localiser les échanges à l’intérieur de l’espace considéré, les dynamiser via des techniques innovantes et en transformer la nature (en sortant par exemple de la pure logique marchande).

Ces monnaies ne s’opposent pas à l’euro ni à aucune devise nationale: elles sont complémentaires à celles-ci. Ainsi, elles pallient certains problèmes tels que la rareté monétaire, la marchandisation des liens sociaux ou encore la non prise en compte des externalités négatives et positives des activités économiques. En atteignant des espaces sociaux, économiques et géographiques non desservis par la monnaie nationale, elles constituent de nouvelles ressources pour les acteurs concernés.

La suite du texte est disponible en PDF « Les monnaies locales comme outil de résilience territoriale ou directement sur Barricade.be

*Lieu d’émancipation collective et de création d’alternatives, Barricade était présent lors de la soirée d’ouverture du Festival des Utopies Concrètes le 27 septembre avec deux de ses animateurs, Pablo Servigne et Christian Jonet.

 

About these ads

10 réflexions sur “ Les monnaies locales comme outil de résilience territoriale ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s