Quatre exemples d’agriculture périurbaine en Ile-de-France

Alors que le bétonnage des terres agricoles se poursuit en Ile-de-France, à l’image du projet du Triangle de Gonesse, les initiatives pour un retour de l’agriculture périurbaine dans les départements franciliens se multiplient.

Une bergerie à Bagnolet !

Ainsi, dans l’Essonne, la ville de Morangis vient de remettre dans le cadre de sa politique en faveur de la protection des espaces dédiés à l’agriculture, 16 ha de terres agricoles en non-constructibles dans son document d’urbanisme. L’idée de la municipalité est ainsi de préparer la succession des agriculteurs encore en activité et de développer le maraîchage en favorisant au passage la création d’une AMAP, l’installation de jardins familiaux…pour permettre à ces terrains de conserver leur finalité première. Samedi 7 avril à partir de 10h à la salle des fête communale, une présentation de ce projet sera faite à la population avec comme entrée en matière, l’excellent film d’Agnès Fouilleux (projeté l’an passé à Ecobox dans le cadre des journées autour de l’alimentation et de l’agriculture), "Small is beautiful"

Autre initiative : la création à Flins dans les Yvelines, de la première légumerie biologique en Ile-de-France. Ce lieu est particulièrement symbolique puisque ayant été le théâtre d’une lutte gagnée après de longs mois de manifestation entre 2008 et 2010 par les opposants à la construction d’un circuit de formule 1. Les légumes transformés fourniront les cantines franciliennes où le bio et le local sont peu présents malgré la demande croissante. Contraintes d’utiliser des légumes déjà nettoyés et épluchés, pour des raisons économique et hygiénique, les cuisines centrales franciliennes ont du mal à se fournir en bio local. Ce sera donc désormais possible à Flins, qui pourra produire 200 tonnes de légumes par an. L’installation de producteurs bio et l’installation de la légumerie ont été encouragés après le rachat des terrains, par l’agence des espaces verts.

A Chennevières sur Marne, dans le Val de Marne, c’est l’association Relocalisons ! qui le 5 mai prochain organise un stage de formation à la "traction animale" sur la Plaine des Bordes sur le thème du maraîchage, avec également  les associations de l’Abeille des Bordes et l’asinerie Francilianes. Objectif de ce stage : acquérir des compétences sur l’âne (âge, taille, musculation, entraînement, comportement, besoins alimentaires…) et sur l’utilisation de l’animal pour le travail de la terre en maraîchage, débardage, transport, attelage…
Cette formation sera assurée par Jacky Davézé, éleveur de la Sarthe, spécialiste et passionné d’ânes depuis plus de 40 ans. Relocalisons ! a notamment pour projet  la création, la préservation et l’extension des ceintures vivrières autours des agglomérations.

Enfin à Bagnolet, l’association “Sors de terre” qui s’est donnée pour objectif d’œuvrer pour l’éducation à l’environnement et à l’agriculture, en milieu urbain, grâce à la création de jardins pédagogiques où se déroulent des ateliers de découverte du jardinage biologique, a eu l’idée d’installer une bergerie au pied des immeubles du quartier des Malassis. Une expérience étonnante qui devrait prendre de l’ampleur et sur laquelle Quartiers en Transition reviendra très prochainement.

About these ads

5 réflexions sur “Quatre exemples d’agriculture périurbaine en Ile-de-France”

  1. bonjour, il y a aussi d’autres projets de fermes périurbaines ou même de ferme en marche en IDF dont vous pourriez parler pour qu’elles soient aussi soutenues. Je pense avant tout à la ferme du bonheur à Nanterre et au P R E (Parc Rural Expérimental) approprié par des jardiniers sur plusieurs hectares de friche a pour objectif d’allier production de légumes de manière collective avec l’aide de la traction animale, des techniques d’agriculture naturelle, de permaculture et d’agro-poésie. Venez tous les dimanches donner un coup de main et découvrir ce lieu magique derrière la Défense pour expérimenter, apprendre, partager et résister aux projets urbains qui font pression ici :(

    Les Indignés et la Guérilla gardening y travaille aussi !
    http://lafermedubonheur.over-blog.net/

    1. Bonjour Gabeu et toute la Guerilla Gardening
      totalement d’accord avec vous et il est prévu très vite que ce blog consacre un post à la ferme du bonheur à Nanterre et au P R E (Parc Rural Expérimental), nous viendrons le plus vite possible vous rendre visite, les échos nombreux que nous avons sur ce projet au sein de la transition Paris Nord font que c’est un détour que nous ferons avec plaisir.
      Il est intéressant en tous les cas de constater que les initiatives grandes ou petits se multiplient pour effectivement résister aux projets urbains qui nous dévorent et artificialisent les paysages et les terres agricoles.
      A très bientôt donc,
      O.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s